Test salivaires: zamal barré?

Publié le par Nicolas M.


Il y a une nouvelle qui a fait grand bruit ici (le JIR y a consacré sa Une, c'est dire) mais qu'on n'a, semble-t-il, que très peu évoquée en métropole: il ne s'agit pas de l'affaire Bacar, le dictateur déchu d'Ajouan, aux Comores, à qui Yves Jégo, sous-ministre de l'Outre-Mer, a imprudemment commencé par promettre l'asile politique (je vous renvoie au Canard enchaîné de cette semaine), ce qui a fichu un joyeux bordel à Mayotte.
Non, il s'agit de l'arrivée des tests salivaires anti-zamal. Autant dire qu'ici, ça frémit dans les soirées, où les cigarettes qui font rire sont des invitées presque incontournables.
Le dépistage devrait arriver sur les routes réunionnaises en juillet prochain. Vu la consommation effrénée à la Réunion (et 5.000.000 de consommateurs en France), il risque d'y avoir des sueurs froides et des amendes.
Mais bizarrement, j'ai du mal à croire au zèle des forces publiques (même en Sarkozie, 10.000 bornes, ça compte). On le voit déjà sur les routes pour l'alcool, où les gendarmes ne sont que très rarement présents à l'improviste. En effet, ici, aux contrôles inopinés, on préfère une méthode plus douce: les "week-end bleus". Annoncés à grands renforts de tambours sur les ondes, le conducteur sait qu'il faut montrer globule blanche quelques week-end dans l'année. Le reste du temps, il peut rouler, pour ainsi dire, tranquille. Oh, il y a bien quelques patrouilles de police qui circulent dans les rues mais, de l'extérieur, ces messieurs semblent plus sensibles au joli cul des cafrines qu'aux ivresses sur la voie publique, du moment qu'lles ne créent pas le désordre (je parle des ivresses, pas des cafrines).
Aussi ai-je tendance à croire que ces tests anti--zamal (qui coûtent chers, dix à vingt euros l'unité) ne seront glissés sous les langues qu'après avis à la population: ça pourrait s'appeler les "week-end verts"...

P.-S.: Que la famille se rassure, l'iilustration de l'article a été réalisée à partir d'une image trouvée sur le web.

Publié dans Carnets de société

Commenter cet article

colette 13/07/2008 12:37

CoucouAh là là test par ci test par là. ben celui là coute bonbon l'unité.Ah woui ce n'est pas un bonbon, woui un test salivaires, bon vrai, en métropole je n'en ai pas entendu parler.CordialementColette

Nicolas M. 17/08/2008 20:01


Je viens de lire dans le numéro 591 (16-22 août 2008, page 40) de Marianne que les tests en question ne sont pas au point (c'est en tout cas ce qu'affirme le groupe d'experts
européens Rosita [Roadside Testing Assessment] ).