A propos des dessins

Publié le par Nicolas M.

Plusieurs visiteurs m'ont demandé récemment si les dessins étaient de moi. La réponse est oui (hormis celui de l'article Pa & Pï, qui est de l'ami Greg [et c'est loin d'être le moins réussi à mon sens...]).

Les moyens utilisés sont rudimentaires : un ou deux crayons de papier, une mine de plomb pour les ombres (sans oublier la gomme pour les nombreux râtés...) et un scanner pour les numériser et les mettre en ligne... Voilà, vous savez tout !

Publié dans L'ego du blog

Commenter cet article

celine [palmito] 18/04/2006 01:09

j'aime beaucoup ton style de crayonné! on ressent bien la mine de plomb, lourde et grasse ;) facile a estomper pas vrai?! et la gomme mie de pain, tu t'en sert aussi ;)?
j'ai fais du dessin a la fois en ecole et en passion, puis seulement en passion maintenant... (mais moi je prefere les nus et la nature; je n'étais pas douée en croquis ou archi.. quoi que!)...
ton style va bien avec l'ambiance que tu as faite sur ce blog, il y a une atmosphere bien a toi et c'est tres agreable! je ressens comme un coin intime et chaleureux, un peu comme une petite table avec lampe de chevet et tasse fumante (ou verre de rhum! lol) où tu nous invite!
merci de ton talent, merci tout simplement...
bizz
celine

Nicolas M. 18/04/2006 01:23

Merci pour ce que tu dis sur les dessins, Céline, d'autant que je fais ça avec difficulté et abnégation... mon principal instrument étant... la gomme ! Quand à la gomme mie de pain, je ne connais pas... Je vais me renseigner...

Olivier 14/04/2006 16:16

Le dessin n'est pas le seul de tes talents mon cher Nicolas. Comme "conseiller litteraire" tu te poses là. Je viens de finir "L'homme à l'oreille croquée" de POUY, presque d'une seule traite.
Une intrigue interessante mais surtout une langue savoureuse. Deux merveilles :
"On s'est craché dessus, pissé dessus et elle m'a bouffé une portugaise. Mais je ne lui en veux pas vraiment, on s'est aussi embrassé, je m'en souviendrai toujours et quand j'y pense, parfois, j'ai la peau du dos qui se hérisse"
"La bonne soeur m'a débarqué sans avoir eu le temps de me parler de sa sainte occupation, heureusement, car je crois que j'aurais été capable de lui dire que je venais voir une pute, oui, parfaitement, faut de tout pour faire un monde."
Ça mériterait presque de se retrouver dans un cadre ça...

Nicolas M. 14/04/2006 19:28

Merci pour ce long commentaire,  Olivier... Et puisque tu penses que les meilleures phrases de Pouy méritent d'être illustrées, j'ai exaucé tes voeux pour la seconde. Ca se passe ici ...