Départ, départ...

Publié le par Nicolas M.

Voilà. Les choses s'accélèrent. Déménagement effectué. Merci aux déménageurs Greg, J², Mathieu, Nico, Xavier, aux souriantes Delphine et Hélène et au coup de main appuyé d'OD.

Puis la soirée, remarquable, festive et réconfortante, avec Jérôme puis Manu comme hôte. Merci pour la présence et les intentions des intimes présents.

A bientôt. L'ADSL devrait arriver vers le 15 août... Bisous à tous.

 

 

Publié dans Carnets des amis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

defonte 07/08/2006 12:34

mon nico
petit coucou grec
ai hate de savoir si tu es bien installe
bisoux a toi
merci pour cette chaloureuse soiree
vivement internet
a bientot
franckie

Nicolas M. 16/08/2006 13:47

Bonjour Anne, bonjour mon Manu, bonjour mon Franckie...
J'ai retrouvé Internet depuis cinq minutes. Après trois semaines, c'est évidemment un vrai bonheur... Je vois que tout se passe bien pour vous, tant mieux. Ici, je m'adapte peu à peu. Je vous raconterai plus en détails sous peu. Prenez soin de vous en attendant...

anne 02/08/2006 15:55

Tu voyages aujourd'hui, moi je suis à la médiathèque du bled où je passe mes vacances en Bretagne. Il flotte !!! C'est ma veine...........
Good luck ! (et ravie de t'avoir croisé à la gare)

Manu 02/08/2006 12:21

Salut mon Nico !

Allez... Pour ton départ (ou ton arrivée plutôt) je laisse enfin un commentaire éclairé sur ton blog. Je te souhaite une très bonne installation, quand tu liras ces lignes, tout se sera certainement merveilleusement bien passé :o) A très bientôt (sur ton blog pour l'instant, l'aller-retour pas cher ayant fini par devenir très très cher...)

Hourya 01/08/2006 20:17

Oh bon voyage mon Nico!! je t'envoie d'enormes baisers, tu vas terriblement me manquer, mais on se revoit sur tes carnets, non?

Nicolas M. 01/08/2006 22:30

Ma chère Hourya, je pourrais reprendre à mon compte et t'adresser les jolis mots que tu as eu la gentillesse de m'envoyer... J'aurais eu grand plaisir de te voir ce soir-là. On se recroisera en effet sur les Carnets, d'ici une quinzaine de jours, le temps d'activer ma ligne téléphonique et, qui sait, peut-être un de ces jours prochains sur l'île. Tu embrasseras Buenos Aires de ma part.