Mayotte (4)

Publié le par Nicolas M.

Il y a quelques mois, vous vous en souvenez sans doute, Mayotte a connu des émeutes, suite à l'arrivée du très critiqué Mohammed Bacar sur l'île. Les média métropolitains n'ont pas décrit les émeutes avec beaucoup de précision. Dans le même temps, la libre antenne de la radio réunionnaise Freedom chauffait, avec des messages assez inquiétants émanant de métropolitains extrêmement inquiets de la situation. Certains parlaient alors de "chasse aux blancs" (appelés ici Mzungu) et affirmaient devoir se calfeutrer chez eux pour éviter des représailles.
Dans la dernière note, je parlais de tension palpable. Personne n'a relevé. Pourtant, ce soir, malaise.

J'ai passé la journée dans les îlots du nord, à regarder les beautés coraliennes. On quitte des amis au coucher du soleil et on rentre en voiture (je suis venu sur l'île avec une copine). On passe  la ville de Sada et on se dirige vers Mzouzia. Il est un peu plus de dix-neuf heures trente, la nuit est noire depuis bientôt une heure. Soudain, au beau milieu de la route, des poubelles renversées bloquent le passage. Un attroupement, une voiture stationnée à droite. On freine  jusqu'à s'arrêter. On ignore ce qui se passe. Un accident?... Et puis d'un coup un jeune mec arrive vers nous, un bâton à la main. Remontée express des vitres, fermeture centralisée. Il frappe au carreau. On refuse d'ouvrir.

Quelques jours auparavant, un métropolitain plutôt dur à cuire, vivant ici depuis sept ans, nous a raconté avoir vécu la même mésaventure au moment de l'épisode Bacar. Avec des pierres au lieu de poubelles et une machette à la place du bâton.

Le type nous regarde. On avance calmement. On fait deux mètres à peine. Un autre mec, très jeune lui aussi, se trouve au milieu de la chaussée. Il est debout, avec l'air assuré de l'arrogance. Sauf à l'écraser, on est bloqué. Du monde tout autour de la voiture. Et puis, en une fraction de secondes, sans qu'on comprenne, une Mahoraise pousse violemment le type. La voie se dégage un instant. On démarre en trombe. Et dans l'habitacle, on garde le silence, en attendant que la pression retombe.

A ce jour, Yves Jégo, ministre de l'Outre-Mer, a toujours pour ambition de mener à Mayotte, en avril prochain, un référendum pour la départementalisation de ce territoire.


Publié dans Carnets de promenades

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

21/10/2008 18:33

La couleur de votre peur n’a-t-elle pas été semblable à celle de l’océan ?
Pourvu que le climat très chaud ne devienne pas insupportable !
Prenez soin de vous ?

Nicolas M. 21/10/2008 20:45


Si, la peur a été bleu, mais pas turquoise.
En tout cas, on fait gaffe, et on va voir les tortues, qui sont beaucoup moins belliqueuses...


mathieu 21/10/2008 09:19

dans la série "la peur de ma vie",t'auras quelque chose à raconter! J'aurais pas aimé être à ta place!

Nicolas M. 21/10/2008 20:43


Oui, ce fut assez désagréable. Et en même temps, tout se joue très vite. Finalement, c'est après coup qu'on y repense, et qu'on refait le film...